• JtlP.12 : Théâtre Marigny, Paris Le 11 avril, à 11h00

                -On reprend, annonça le metteur en scène. Amandine, n’oublie pas que la salle est grande, si tu veux que tout le monde t’entende, tu dois parler plus fort. Jules, ça allait mais évite de lui tourner le dos au milieu de ta tirade. Qu’est-ce que tu en penses, Guillaume ?

                -Je trouve que c’était très bien. Une petite chose, Jules, articule, conseilla Avignant.

                -Allez. On recommence au moment où tu entres en scène, Amandine, continua Arthur Martin, le metteur en scène.

                Monsieur Martin avait requis l’aide du célèbre comédien pour coacher les deux jeunes gens qu’il faisait jouer dans sa pièce. Guillaume était venu au théâtre pour travailler avec Thomas mais comme Arthur avait besoin d’un avis extérieur, il avait accepté de les conseiller.

                Il consulta sa montre. Thomas n’était pas encore arrivé mais il ne devrait plus tarder. Il resta pendant quelques minutes encore avec Arthur Martin lorsque son propre metteur en scène, Yannick Sana, se présenta à la porte et lui fit signe de venir. Guillaume le rejoignit donc.

                -Thomas vient d’arriver, lui dit Sana. Il est allé se garer mais nous allons pouvoir commencer. Tu te sens mieux, depuis la représentation d’hier ?

                -Oui, ça ne devrais pas se reproduire, répondit Guillaume en pensant au trou de mémoire qui avait perturbé la pièce.

                Tout en discutant, ils s’étaient rendus dans une autre petite salle, non loin des loges. Ils s’assirent autour de la table sur laquelle étaient déposées en vrac les feuilles qui leur servaient de bases de travail, à savoir, le texte et quelques notes à propos de la mise en scène d'une nouvelle pièce. Même si les représentations de celle qu'ils jouaient n'étaient pas terminées, il était nécessaire de continuer à travailler sur d'autres projets.  Dans cette pièce encore en cours d'écriture, Guillaume et Thomas seraient seuls en scène. Ce n'était pas la première fois qu'ils décidaient de travailler en duo, avec Yannick Sana en coulisse. Cela avait vraiment bien fonctionné la dernière fois, et tous les trois avaient pris beaucoup de plaisir à organiser cette aventure alors ils souhaitaient renouveler l'expérience

                Thomas rejoignit enfin ses deux collègues et amis.

                -Désolé, s’excusa-t-il, il y a des travaux sur la voie sur berge alors elle est fermée. Et comme j’ai dû prendre la voiture, j’ai perdu beaucoup de temps.

                -Pas grave, lui assura Guillaume. On t’attendait.

                -Comment va Juliette ? lui demanda Yannick en faisant allusion à la femme de Thomas.

                -Bien, merci. Mais Gaëlle se réveille toutes les nuits, du coup on est obligés de la changer de chambre pour qu’elle ne réveille pas sa sœur. C’est épuisant.

                -Et oui, c’est compliqué les jumeaux, s’amusa Guillaume.

                -Au fait, leur dit Robson, vous avez entendu parler de ce qu’il s’est passé à Tokyo, il y a quelques heures ?

                -Non, pourquoi ?

                -Il y a eu un attentat. Des missiles ont été envoyés sur plusieurs tours dans le quartier des affaires. Les secours sur place tentent de retrouver les victimes sous les décombres.

                -Quelle horreur, murmura Yannick. Les pauvres gens n’avaient rien demandé et les voilà décédés.

                -On se croirait de retour en 2001, remarqua Guillaume en se souvenant des tragiques attentats du 11 septembre.

                -Les médias ont fait la même comparaison. Mais, ce n’est peut-être pas cela le plus terrible. D’après la trajectoire des missiles, les experts pensent qu’ils ont été lancés depuis la Corée du Nord. Le Japon à l’intention de lui déclarer la guerre.

                -Réaction logique, commenta Sana. Qu'est-ce que tu fais, Guy ?

                L’intéressé ne répondit pas. Il s’était précipité sur l’ordinateur qui se trouvait près de lui et avait ouvert une fenêtre Internet de façon à pouvoir se tenir en temps et en heures au courant de cette affaire. Il avait un mauvais pressentiment. Il faisait parti des quelques personnes qui savaient qu’un terroriste se terrait en Corée ; les attentats sur la capitale japonaise avaient peut-être un lien direct avec Hatori Honda.

                -Voilà, dit-il, comme ça, nous allons suivre de près cette affaire.

                -Et peux-tu nous dire pourquoi ? balbutia Thomas, un peu surpris.

                -Au travail, coupa Guillaume en éludant la question.

                Perplexes, Yannick et Thomas acceptèrent de faire fi de l’ordinateur et de se concentrer sur ce qu’ils étaient venus faire. Près d’une heure plus tard, un journaliste apparut sur l’écran et annonça ce qu’Avignant redoutait :

                -On me signale à l’instant que le chef d’état nord coréen aurait envoyé un message vidéo au dirigeant japonais dans lequel il expliquerait qu’il n’a rien à voir avec l’attentat et qu’il ignore ce qui est à l’origine de l’attaque. Apparemment, le Japon demande en ce moment-même conseil aux états membres de l’ONU. Nous saurons sûrement dans quelques heures quelle décision prendra le pays du soleil levant.

                -C’est pas vrai, grogna Guillaume une fois que l’ordinateur se tut.

                -Vas-tu finir par nous dire ce qui te met dans cet état ? s’agaça Yannick. Tu as de la famille au Japon ?

                -Non, marmonna-t-il. Ce n’est pas important. Reprenons.

                Cette fois, il en était certain, Honda était à l’origine de l’attaque contre le Japon. Seuls cinq chefs d’états étaient en mesure de l’expliquer au dirigeant japonais afin que celui-ci ne déclenche pas une guerre contre une nation innocente.

                A treize heures, Avignant, Sana et Robson décidèrent de déjeuner. Thomas fit chauffer une boîte de raviolis tandis que les deux autres installaient les couverts sur la table qu’ils n’avaient pas débarrassée de son amoncellement de feuilles. Ils eurent le temps de terminer leur repas et de laver les assiettes avant qu’un journaliste ne se décide à reprendre la parole sur l’ordinateur.

                -Un feu de forêt s’est déclenché dans le Var, prenez garde si vous vous trouvez à proximité de…

                -Fausse alerte, grommela Guillaume avec une pointe d'agacement.

                Ils se remirent au travail en se chamaillant à propos de la scène d’ouverture, Thomas et Guillaume trouvant qu’elle n’avait pas besoin d’être modifiée alors que Yannick prétendait le contraire. Dans ce genre de dispute, Sana finissait toujours par avoir le dernier mot et, cette fois encore, les deux acteurs rendirent les armes de bonne grâce. Satisfait, le metteur en scène leur demanda leur avis sur une autre partie de la pièce à laquelle il souhaitait faire quelques retouches.

                Enfin, vers le milieu de l’après-midi, l’ordinateur annonça :

                -La nouvelle vient de tomber, l’ONU ne s’oppose pas au Japon, laissant ce dernier libre de répliquer à l’attaque coréenne. Pour expliquer cette décision, le président américain s’est fait le porte-parole des Nations Unies. On écoute sa déclaration.

                Le président des États-Unis apparut alors sur l’écran et s’exprima en anglais. Une voix traduisait au fur et à mesure :

                -Le dirigeant coréen affirme qu’il n’est pas à l’origine de l’attentat perpétré contre le Japon mais il n’a aucune preuve pour corroborer ses dires. Nous avons donc pris la décision de laisser le Japon protéger comme il l’entend ses habitants.

                -Fin de citation, conclut le journaliste en reprenant l’antenne. Il faut donc s’attendre à ce que les Japonais attaquent la Corée dans les heures à venir. Vous serez informés dès que nous en saurons plus. Ceci conclue notre flash spécial.

                L’image du journaliste laissa la place à une publicité pour un téléphone portable. Le silence décida de s’installer dans la petite pièce du théâtre Marigny mais Yannick le chassa bien vite avec un juron.

                -Une guerre de plus sur cette pauvre planète, se désola-t-il. Et tous ces gens qui vont mourir pour rien.

             -Pas vraiment pour rien, le contredit Thomas. La Corée a attaqué le Japon, elle a donc forcément un objectif à atteindre, sinon, elle ne l’aurait pas fait.

                -Et si le dirigeant nord coréen disait la vérité ? hasarda Sana. Et s’il n’était vraiment pas à l’origine de l’attaque ?

                -Alors personne ne le saura jamais puisqu’il n’a aucun moyen de le prouver. La guerre aura lieu. De toute façon, que peut-on y faire ? ajouta Thomas, fataliste. Ces problèmes politiques sont beaucoup trop difficiles à régler, même pour les politiciens.

                -On peut peut-être empêcher cette guerre, réfléchit tout haut Guillaume. On peut prouver que le chef d’état coréen dit la vérité.

                -Qui ça, « on » ? l’interrompit Yannick.

                -Nous, enfin je veux dire moi, rectifia Avignant en se levant brusquement. Je dois aller à l’Elysée.

                Il saisit son blouson par le col et se dirigea vers la porte. Thomas l’attrapa par le bras.

                -Où est-ce que tu dois aller ? articula-t-il, incrédule.

                -A l’Elysée, répéta Guillaume en se défaisant de son étreinte. Je sais comment empêcher cette guerre.

                Il ouvrit la porte et s’éloigna d’un pas rapide dans le couloir.

                -Comment ? demanda Sana.

                -En prouvant que le Coréen ne ment pas, affirma l’acteur sans se retourner.

                -Toi, tu restes là, moi je le suis, ordonna Robson au metteur en scène.

                Il se précipita à la suite de son ami, vaguement inquiet. Guillaume et lui s’étaient rencontrés sur les planches de l’école de théâtre qu’ils fréquentaient alors qu’ils étaient encore au lycée. Le premier jour, ils avaient dû faire une improvisation devant les autres jeunes et depuis, ils ne s’étaient plus vraiment quittés. Habitués depuis à tout partager, ils n’avaient eu aucun secret l’un pour l’autre. Personne ne connaissait Guillaume mieux que Thomas. Ce dernier savait que derrière son sourire franc et son air assuré, son ami cachait un grand manque de confiance en lui. C’était d’ailleurs pour cela qu’il avait commencé le théâtre, pour vaincre cette timidité qui le rendait nerveux et parfois assez maladroit. Guillaume avait une fâcheuse tendance à paniquer dès lors que la situation lui échappait mais le calme légendaire de Thomas était toujours parvenu à tempérer le torrent d’émotions qui s’abattait alors sur le jeune homme. A présent, Guillaume avait gagné en assurance mais il n’avait pas perdu l’habitude de se confier à son ami à chaque fois que quelque chose n’allait pas. Ces derniers jours, Thomas s’était aperçu que son ami lui dissimulait ce qui était à l’origine de ses tourments et de cette soudaine envie d’aller voir le président. Thomas le savait, son meilleur ami n’allait pas bien. Il devait l’aider, d’une manière ou d’une autre. Il le rejoignit alors que celui-ci montait sur sa moto.

                -Prenons ma voiture, exigea Thomas. Je viens avec toi.

                -C’est hors de question, refusa catégoriquement Guillaume. Je ne veux pas que tu sois mêlé à cette affaire.

                -Quelle affaire ? Guy, qu’est-ce que tu me caches ?

                -Il faut vraiment que j’y aille.

                Cette fois, Thomas empoigna Guillaume avec force, si bien que ce dernier fut surpris.

                -Tu n’iras nulle part sans moi. Je t’emmène en voiture et tu m’expliques tout, c’est non négociable.

                Le comédien regarda son ami avec stupéfaction. Il ne l’avait jamais vu à la fois aussi inquiet et furieux. Ne voulant pas se disputer avec lui, Guillaume céda.

                -D’accord pour la voiture.

                -Bien, approuva Robson en le relâchant.

                Guillaume retira son casque et le rangea dans le petit coffre à l’arrière de sa moto. Puis il emboîta le pas à Thomas en se demandant s’il devait lui dire la vérité. Certes, il avait promit à Agathe de ne parler à personne de l’opération en Corée du Nord mais la situation avait changée. Il ne pouvait pas rester ici sans rien faire alors qu’elle risquait de se retrouver coincée là-bas à cause d’une guerre qui n’avait pas lieu d’être. De toute façon, avec ce qu’il avait l’intention de dire au président, Thomas finirait par apprendre l’existence de l’opération alors autant lui en parler tout de suite.

                Les deux hommes prirent place dans la voiture de Robson. Avant de mettre le contact, ce dernier demanda :

                -Tu veux vraiment aller à l’Elysée ?

            -Non, à la plage, railla Guillaume avant de se reprendre : excuse-moi, je ne voulais pas être blessant. Il faut absolument que je parle au président.

                -Oui, j’avais compris, confirma Thomas en démarrant. Ce que je veux savoir c’est pourquoi.

                Alors, le plus calmement possible, Guillaume entreprit de raconter les circonstances de sa dernière entrevue avec Agathe à son meilleur ami. Il n’omit aucun détail et expliqua avec la plus grande précision ce qu’il savait sur l’opération. Au bout d’une tirade de plusieurs minutes, il se tut, attendant la réaction de son camarade. Ce dernier prit le temps de redémarrer après un feu rouge puis de s’arrêter au suivant avant de demander :

                -Pourquoi tu ne m’en as pas parlé plus tôt ?

                -Parce que personne, pas même moi, n’était censé être au courant et je ne voulais pas t’attirer d’ennuis.

                -Que comptes-tu dire au président ? demanda Thomas apparemment satisfait par cette explication.

              -Je vais lui demander de dévoiler l’existence de l’opération afin d’empêcher la guerre. Peut-être pourra-t-il aussi rapatrier Agathe.

              -Je doute que tu y parviennes. Et puis, comment comptes-tu faire pour obtenir une audience privée du chef de l’Etat ?

                -Rassure-toi, j’ai ma petite idée.

                -C’est-à-dire ?

                -Dès qu’il saura que je suis au courant pour la mission secrète en Corée, c’est lui qui voudra me parler.

                Dubitatif, Thomas ne répondit pas. A cette heure de la journée, la circulation parisienne était encore plus chargée que d’habitude si bien qu’ils mirent un long moment avant d’atteindre le quartier de l’Elysée. Robson arrêta la voiture à proximité du grand bâtiment présidentiel.

                -J’y vais, annonça Guillaume.

                -Veux-tu que je vienne ?

                -Je ne préfère pas. Quitte à essuyer la colère du président, autant que je sois seul.

                -Comme tu voudras. Je t’attends ici.

                Alors qu’Avignant s’apprêtait à refermer la portière derrière lui, Thomas le retint :

              -Fais attention à ce que tu vas dire, Guy. Et reste aussi calme que possible, si tu pouvais éviter de rendre le président furieux, ce serait bien.

                -T’inquiète, lui répondit familièrement son ami en claquant la porte pour de bon.

                Guillaume se dirigea sans précipitation vers l’entrée de l’immense propriété en cherchant à mettre de l’ordre dans ses idées. Il s’approcha du portail. Profitant du fait que la rue était déserte, il regarda à l’intérieur de la grande cour qui menait au bâtiment. La chance était avec lui car il aperçut un homme en costume noir la traversant. Il n’eut pas besoin de l’interpeller, car ce dernier l’avait repéré et s’avançait vers lui avec la ferme intention de lui dire de s’en aller. De son côté, Guillaume jaugeait du regard cet adversaire qu’il allait devoir convaincre de le mener au président. Si Agathe avait été avec Avignant, elle lui aurait signalé qu’il s’agissait de l’homme qui l’avait conduite au chef de l’Etat lors de sa visite à l’Elysée il y a quelques jours.

                -Vous n’avez rien à faire ici, aboya le gorille. Passez votre chemin.

                -Je suis venu parler au président, répliqua fermement Guillaume.

                -Le président ne reçoit pas sans rendez-vous, répondit l’homme qui dévisagea son interlocuteur avant d’ajouter : M. Avignant.

                -Puisque vous savez qui je suis, allez donc voir le président de ma part et dites-lui que je suis venu lui parler de la présence d’Hatori Honda sur le sol nord coréen.

                -Comment savez-vous cela ? s’écria le garde du corps en écarquillant les yeux.

                -Je veux parler au président, insista Guillaume, ravi de son petit effet.

                L'autre hésita un instant. Il regarda autour de lui puis finit par ouvrir la grille en grognant :

                -Suivez-moi.

                -Je vous remercie, vous êtes bien aimable, se moqua le comédien pour masquer son soulagement.

                Guillaume suivit son guide dans un couloir étonnamment étroit. Il supposa qu’il s’agissait du passage secret dont lui avait parlé Agathe. Mais ils ne se dirigèrent pas ensuite vers l’ascenseur dissimulé par une double porte de bois et de métal. Ils empruntèrent plutôt une série de corridors. Le comédien n’était pas rassuré. Pour l’instant, tout semblait se passer comme il l’espérait mais il n’était pas à l’abri d’un retournement de situation. D’autant plus qu’il ne savait toujours pas ce qu’il allait dire au chef de l’Etat. N’angoisse pas à l’avance, Guillaume, respire, se conseilla-t-il à lui-même. Pour se donner de l’assurance, il releva bien haut la tête, se forçant à se tenir le plus droit possible. Ils arrivèrent finalement dans une sorte d’antichambre.

                -Attendez ici, ordonna l’homme.

                Il frappa trois coups à une porte puis entra. Guillaume l’entendit murmurer :

                -Quelqu’un souhaite vous rencontrer, Monsieur.

                -Vous voyez bien que je suis occupé, lui reprocha la voix du président.

                -C’est vraiment très urgent, Monsieur, je crains que cela ne puisse attendre.

                -Bon, j’arrive.

                -Bien, Monsieur.

                Le gorille ferma la porte. Cette dernière s’ouvrit une minute plus tard sur un premier ministre pas vraiment heureux de se faire ainsi reconduire. Il toisa durement Guillaume qui ne broncha pas et s’éloigna sans accorder un seul regard au garde de corps. Le chef d’Etat, qui était sortit de son bureau, se tourna vers Guillaume et le salua d’une voix glaciale :

                -Que me vaut l’honneur de votre visite, M. Avignant ?

                -Je suis venu vous parler, répondit Guillaume, bien décidé à ne pas se laisser impressionner.

                -Entrez, je vous prie, l’invita le président sur un ton moins cordial que la formulation.

                Les deux hommes pénétrèrent dans le bureau, laissant le gorille en costume de pingouin devant la porte. Le chef de l’Etat décida de faire tout son possible pour montrer à son visiteur qu’il n’était pas le bienvenu. La situation était déjà critique, à cause de cette guerre qui allait éclater en Asie et qui risquait, qui allait même, toucher le reste du monde, il n’avait vraiment pas besoin de la visite inopportune d’une célébrité venue sans aucun doute lui parler de ses petits problèmes personnels. Encore un qui ne veut pas payer l’impôt sur la fortune, pensa-t-il, fais comme les autres, ouvre un compte en Suisse et on en parle plus ! Il s’assit derrière sa table de travail mais n’incita pas Avignant à faire de même. Ce dernier comprit qu’il tentait de le mettre mal à l’aise. Loin de s’en offusquer, Guillaume fut le premier à prendre la parole :

                -Je désire m’entretenir avec vous à propos d’Hatori Honda.

                -Qui est cet homme ? répondit l’autre avec calme, masquant merveilleusement bien sa surprise.

                Guillaume en était certain : son interlocuteur savait tout à fait à qui il faisait référence. Il supposa que le président voulait le faire parler afin de voir ce que lui-même savait.

                -Il s’agit du terroriste que le dirigeant américain à déclarer mort alors qu’il se trouve à l’heure actuelle en Corée du Nord.

                -Qu’est-ce qui vous fait croire cela ? l’interrogea, impassible, le président.

                En un éclair, Avignant réfléchit à toutes les possibilités qui s’offraient à lui à cet instant. Il aurait préférer ne pas nommer Agathe mais il lui sembla que les autres solutions auxquelles il pensait n’auraient pas été crédibles aux yeux du chef de l’Etat.

                -Agathe Rousseau. Vous vous souvenez d’elle, n’est-ce pas ? La journaliste que vous avez envoyée contre son gré en Corée du Nord sur les traces de Honda.

                -Je ne vois toujours pas où vous voulez en venir, répliqua mollement le président dans l’intention d’énerver Avignant.

                Cette phrase eut l’effet escompté. Guillaume était de moins en moins maître de ses réactions face à ce président qui s’obstinait à nier des faits qu’il savait réels alors que l’heure était grave ; il fallait stopper le Japon avant qu’il ne réplique et déclenche une guerre. Le dirigeant français avait l’air de ne pas saisir les enjeux de la situation et Avignant était sur le point d’entrer dans une colère folle et incontrôlable. L’acteur se força à respirer calmement. Comme sur scène, s’encouragea-t-il, tu joues le rôle d’une personne décontractée.

                -Reprenons depuis le début, répondit-il d’une voix qu’il voulait posée alors qu’il était sur le point de hurler de rage. Aujourd’hui, des missiles en provenance de la Corée du Nord ont été envoyés sur le Japon. Celui-ci à l’intention de déclarer la guerre à la Corée alors que le dirigeant de ce pays affirme qu’il n’est pas à l’origine de l’attaque. La France, les Etats-Unis, l’Angleterre, la Russie et l’Allemagne savent qu’il ne ment pas puisque c’est Honda qui a commandité cette attaque ! Or, personne, à part les dirigeants de ces cinq nations, ne sait que ce terroriste se terre là-bas. Il n’y a donc que cinq personnes capables d’empêcher cette guerre en expliquant au Japon qu’il se trompe de cible ! Ma question est simple : pourquoi n’agissez-vous pas ?

                Le président avait écouté en silence la tirade de l’acteur pendant laquelle ce dernier avait cédé à la colère : il avait terminé son discours en parlant à une telle vitesse que le chef d’état aurait eu du mal à suivre s’il n’était pas déjà au courant des évènement. Mais, pas un instant le marbre du visage présidentiel ne s’était brisé pour permettre à Guillaume d’anticiper les réactions de l’homme. Certain de l’avantage qu’il avait sur l’autre, le chef d’état posa lentement ses coudes sur la table et joignit ses mains devant son visage dans une attitude digne d’un vieux sage qui sait que le calme l’emporte toujours sur la passion. Je le sais bien, Avignant, soupira intérieurement le président, la situation est des plus catastrophiques, ce n’est pas vous qui me l’apprendrez. Malheureusement, ce n’est pas à moi de réparer les erreurs de mon homologue américain. Sans un coup d’œil vers son interlocuteur, il répondit finalement :

                -Vous semblez être au courant de beaucoup de choses, M. Avignant, beaucoup de choses qui ne vous concerne pas.

                Il marqua une pose, le temps de lever la tête et de fixer son regard de glace dans les braises de celui de Guillaume. Il ne lui en fallut pas plus pour voir que le comédien était bien décidé à tout faire pour empêcher cette guerre. Ou alors voulait-il simplement revoir Mlle Rousseau ? Le chef de l’État l’ignorait. Quoiqu’il en soit, il fut obligé de se rendre à l’évidence : il avait besoin d’un regard neuf sur la situation. Le président refusait en effet d’admettre que cette guerre était inévitable et depuis les attentas au Japon, il ne cessait de chercher un moyen pour l’empêcher. Seulement, il ne savait pas vraiment quoi faire et aucun de ses ministres n’était au courant pour la mission d’infiltration en Corée du Nord, ni le premier ministre, ni même celui des affaires étrangères. De plus, il se refusait à entrer en contact directement avec le président américain ou tout autre dirigeant étant au fait de l’opération. Il ne pouvait donc exprimer ses questions devant personne. Il y avait bien ce garde du corps qui savait tout sur la mission mais le président ne le jugeait pas digne de sa conversation. Or, voilà qu’un homme déterminé et capable d’inspirer le respect se présentait devant lui, déclarait être au courant de tout et exigeait qu’il agisse. Après tout, pensa-t-il, j’ai besoin d’un avis extérieur et on me l’apporte directement dans mon bureau. Profitons-en et parlons à ce monsieur d’égal à égal.

                -Asseyez-vous, proposa enfin le chef d’Etat.

                Guillaume prit place sur la chaise en face de lui, surpris par ce soudain élan de politesse. Il demeura néanmoins crispé, s’attendant à une remarque acerbe du chef de l’Etat car il ignorait quelles réflexions avait été les siennes durant ces longues secondes pendant lesquelles Guillaume l’avait défié du regard.

                -Ainsi, Mlle Rousseau vous a révélé l’existence de cette mission.

                -Je l’y ai forcée, mentit-il pour protéger Agathe des foudres éventuelles du président.

                -Au regard des présents évènements, reprit le président sans relever l’intervention d’Avignant, sans doute a-t-elle eut raison de le faire. Hatori Honda est à l’origine de l’attaque perpétrée contre la nation japonaise, de cela, il n’y a aucun doute. Seulement, si la France, les États-Unis, l’Allemagne, la Russie ou l’Angleterre décidait de révéler la présence de Honda en Corée, il apparaîtrait que les États-Unis ont menti au monde entier en affirmant qu’il était mort. Plus personne ne ferait confiance au géant américain et, compte tenu de la place qu’il tient dans l’économie mondiale, ce serait catastrophique.

                -Vous pourriez révéler l’existence de l’opération, proposa Guillaume en tentant de masquer son étonnement alors que le chef d’état lui faisait part de ses craintes. En insistant devant les médias sur le fait que le président américain a menti pour que cette mission reste secrète.

                -Lorsqu’il a annoncé la mort du terroriste, envoyer une équipe en Corée pour tuer Honda n’était même pas envisageable et pour cause : il n’était pas encore en Corée du Nord. Si nous affirmons le contraire, n’importe quel journaliste consciencieux pourrait s’en rendre compte, ce serait terrible, les populations n’auraient plus confiance en leurs dirigeants.

                -Cela semble plus compliqué que prévu, comprit le comédien. Bon, essayons autre chose. Pourquoi l’Américain a-t-il menti sur la mort de Honda ?

                -Pour éviter que les gens ne paniquent et aussi pour nous laisser la possibilité de régler le problème.

                -Bien.

                Guillaume s’interrompit un instant et prit le temps de réfléchir tandis que le président l’observait avec intérêt et soulagement ; il n’était plus le seul à chercher une solution. Guillaume, de son côté, n’en voyait qu’une seule. Il l’exposa rapidement :

                -Opération transparence. Prenez la parole devant les médias et racontez tout : que l’Américain a menti pour rassurer les foules, expliquez aussi pourquoi vous savez qu’Honda se trouve en Corée, ce que vous avez mis en place pour l'arrêter, bref, absolument tous les détails. Ajouter un mensonge dans cette affaire ne ferait qu’aggraver la situation. Alors, oui, peut-être la population va se méfier un temps de ses dirigeants mais cela ne durera pas. Les gens oublient vite, vous savez, insista-t-il comme s'il s'agissait de son meilleur argument. Et puis, pas de décision sans conséquence. Vous ne pourrez pas échapper à l’opinion publique qui sera mauvaise pendant un temps mais c’est un détail moindre comparé à l’horreur d’une guerre. Il vaut vraiment mieux dire la vérité, pour une fois.

                Avignant avait ajouté ces trois derniers mots sur un ton légèrement moqueur mais le président ne s’en offensa pas. Il était déjà en train de réfléchir aux conséquences d’une telle révélation. Avignant avait raison : une guerre était bien plus catastrophique que le fait d'être au plus bas dans les sondages. Guillaume ne le pressa pas et attendit calmement qu’il reprenne la parole ; il s’était habitué à l’idée d’être le confident du président le temps d’une conversation. Au bout d’un long moment au cours duquel le comédien n’osait pas penser, de peur d’interrompre les réflexions du chef d’état, ce dernier murmura :

                -Si je me charge de cette révélation, il y aura probablement des risques pour l’économie du pays : les quatre autres nations risquent de limiter les échanges commerciaux avec la France pendant un temps.

                -Sauf si tout se termine bien et que la guerre n’a pas lieu, coupa Guillaume. Alors, la France fera figure de héros pour avoir osé parler. Et les quatre autres n’auront pas vraiment leur mot à dire, même s’ils sont influents.

                -Ce n’est pas aussi simple, sourit avec bienveillance le président. Mais, disons que j’accepte de courir ce risque car si la France venait à être touchée par la guerre, les conséquences seraient encore plus désastreuses pour l’économie du pays.

                -Donc, vous allez révéler l’existence de l’opération ? demanda Guillaume.

                -Ce sera fait dans les prochaines heures, confirma le chef de l’Etat en se levant. Et je ferais en sorte que Mlle Rousseau soit rapatriée.

                Si toute fois elle n’est pas décédée, ajouta-t-il intérieurement, ce qui, je dois l’avouer, m’arrangerait grandement. Mais vous n’avez pas besoin de le savoir, M. Avignant.

                -Je ne sais comment vous remercier, Monsieur le Président, répondit Guillaume en se levant à son tour.

                -Ne me remerciez pas, je n’ai encore rien fait. Par contre, je compte sur vous pour éviter de parler publiquement de cet entretien.

                -Bien sûr, monsieur.

                Le président raccompagna Guillaume à la porte. Avant de le laisser partir avec le garde du corps, le chef d’état demanda à ce dernier de faire venir dans son bureau son secrétaire personnel ainsi que la plume politique qui écrivait ses discours. Puis, Avignant fut raccompagné à l’entrée par le gorille qui referma le lourd portail derrière lui.

                Il se retrouva alors dans la rue, à quelques dizaines de mètres de la voiture de Thomas. Il allait se diriger vers lui lorsqu’il aperçut un groupe de plusieurs personnes qui allait dans sa direction en souriant et en lui faisant de grands signes de la main. Il en déduisit qu’il s’agissait de fans. Habituellement, il ne les évitait pas mais là, il sortait de l’Elysée et voulait à tout pris rester discret. Il leur tourna précipitamment le dos et partit dans la direction opposée. Il sortit de son blouson une paire de lunettes de vue et une casquette bleue peu élégante qu’il enfila dans l’espoir de passer incognito. En tournant au coin de la rue, il retourna son couvre-chef à l’envers car ce dernier était réversible et retira son blouson qu’il jeta nonchalamment sur son épaule. Il savait par expérience qu’un rien pouvait changer l’apparence de quelqu’un lorsque celui-ci se trouvait au milieu de nombreuses autres personnes et il comptait sur cela pour semer ses innocents poursuivants. Il avait l’intention de faire le tour du bâtiment pour revenir vers Thomas mais cela ne fut pas nécessaire : Robson avait contourné l’Elysée dans l’autre sens et l’attendait, garé en double file. Guillaume s’engouffra dans la voiture qui démarra aussitôt.

                -Alors ? fut le premier mot prononcé par Thomas.

               Guillaume lui raconta l'entretien qui venait d'avoir lieu.

                -C'est formidable, répondit son ami avec un certain soulagement avant d'ajouter sur un ton malicieux : Mais dis-moi tu n’as rien fait de stupide au moins ? Comme insulter le président, par exemple ?

                -Je n’en ai pas eu besoin, plaisanta Guillaume avant de redevenir sérieux. J’espère qu’il tiendra parole.

                C’est sur cette phrase que les deux acteurs retournèrent au théâtre. Deux heures plus tard, le président français apparaissait à la télévision et expliquait tout ce qui avait était dissimulé par les cinq chefs d’états. Dans les heures qui suivirent, l’Allemagne, puis l’Angleterre, la Russie et enfin les Etats-Unis confirmèrent les dires du Français. La vérité avait éclatée au grand jour mais personne ne savait encore comment réagirait la Corée du Nord face à cette intrusion illégale sur son territoire.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :