•             Costume soigné, nœud de cravate parfait, veste impeccablement repassé. Ecouteurs dans les oreilles, il demande à ses enfants de se taire dès que ceux-ci l’interpellent. Il a la tête de l’homme divorcé qui emmène ses enfants à l’école pour dépanner son ex-femme. Lorsqu’il marche, d’un pas raide, presque militaire, il ne se préoccupe pas des enfants, ils savent qu’ils doivent courir pour ne pas se laisser distancer dans la foule. Il porte le cartable de sa fille, les garçons n’ont qu’à se débrouiller.


    votre commentaire
  •             Il se débrouille toujours pour que sa petite fille soit assise. Il discute avec elle. Il a grand soin de la protéger du froid, grâce à son écharpe et son petit bonnet. Il lui donne un gâteau : « Maman a dit que tu aimais ça. Tu ne le manges pas ? Comme tu voudras. »


    votre commentaire
  •             La première chose que l’on remarque, c’est sa musique. Ses écouteurs noirs la diffusent sans doute au volume maximum car tout le monde en profite. Puis, on s’attarde sur ses cheveux, bruns, ramenés en arrière sur le dessus de son crâne, un peu à la manière d’Elvis Presley. Sa barbe de trois jours souligne la force de sa mâchoire. Sous son blouson en cuir, il porte toujours un t-shirt, sauf la fois où ce même blouson dissimulait une chemise marron au col à imprimé fleuri rose. Il devait avoir un rendez-vous galant ce jour-là car ce n’est certainement pas le genre de vêtement que l’on porte pour se présenter au travail. A ses pieds, en plus de son sac à dos gris, il y a une trottinette, qu’il déplie une fois descendu, avant de s’élancer à toute vitesse sur le trottoir. Quant à son regard, il semble grincheux, son visage est toujours fermé.


    votre commentaire